10/03/2006

Oser parler de cul

Je venais d'arriver dans ma paroisse précédente et j'avais entamé avec mes voisins des relations très amicales qui durent jusque aujourd'hui. A l'époque, une jeune fille venait souvent chez mes voisins. On ne peut pas dire qu'elle avait inventé la poudre et elle comprenait souvent tout de travers. J'avais pris rapidement l'habitude d'aller boire une tasse de café chez les voisins et je rencontrais souvent cette demoiselle. Je parlais bien sûr de mes activités. Un dimanche à midi, j'arrivai chez les voisins en disant : "Je viens de terminer le culte". La jeune fille resta bouche bée, presque outrée. N'étant pas familière au vocabulaire protestant qui appelle culte le service dominical, elle avait été quelque peu offusquée croyant que de but en blanc je parlais de...cul.

Voyions jeune fille, il y a un temps pour tout

07:55 Écrit par JM Geron | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/03/2006

Le titre de pasteur

En Belgique, le titre de pasteur n'est pas protégé par la loi. N'importe qui est libre de le porter. Mon anticléricalisme viscérale accepte sans difficulté cette lacune. Je ne tiens pas particulièrement à un titre pour moi pasteur c'est une fonction, voire une vocation mais pas un titre. Dans certains pays, comme en Allemagne par exemple, on ne peut porter le titre qui si on a, au minimum, une licence en théologie. C'est vrai que le pasteur est un peu l'enseignant (théologiquement parlant) de sa communauté. Alors les pasteurs "auto-proclamés" racontent parfois n'importe quoi. Si ce n'était tragique, il y aurait parfois de quoi éclater de rire

08:21 Écrit par JM Geron | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/03/2006

Baptême ; pas noyade

Un de mes amis et collègue n'avait jamais pratiqué le baptême par immersion. C'est toute une technique. Il faut donner quelques conseils au baptisé pour qu'il ne boive pas la tasse et pour qu'il n'angoisse pas trop. Mais ce collègue était très ému pour ce premier baptême qu'il allait célébré. En général on prononce la formule "Je te baptise, au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit" puis on immerge le candidat. Mon collègue, pris par l'émotion, immergea d'abord l'individu et prononça les paroles rituelles pendant qu'il le maintenait sous l'eau. Il ne comprit sa méprise que lorsqu'il retira le candidat de l'eau en voyant la façon dont le pauvre reprenait sa respiration

08:32 Écrit par JM Geron | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

07/03/2006

Baptême à la Guadeloupe

La cérémonie de baptême la plus originale à laquelle j'ai assisté, c'était en 1980 à la Guadeloupe. Les immersions avaient lieu dans la mer. Et je me souviens d'un monsieur assez âgé dont le pasteur dû se reprendre à plusieurs fois avant de pouvoir l'immerger. J'entendis près de moi quelqu'un qui fit la réflexion suivante : "Le vieil homme ne veut pas mourir", faisant allusion à cette image donnée par l'apôtre Paul dans le Nouveau Testament..."vous avez été ensevelis avec Christ par le baptême"

07:05 Écrit par JM Geron | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/03/2006

Le roi Umberto

J'avais une paroissienne dont on disait qu'elle aimait se vanter d'avoir côtoyer des gens importants.  J'aimais beaucoup écouter les récits de ses "aventures". Un jour elle me dit : "je sais que beaucoup me prennent pour une folle quand je dis que j'ai rencontré un jour le roi Umberto et la reine Marie-José." Et elle commença à me raconter ce qui s'était passé réellement.  Elle était en vacances en Italie était en train de visiter une grotte quand tout à coup on vint annoncer que la visite était terminée, sans préciser la raison pour laquelle le tour de la grotte avait été abrégé. Lorsqu'elle parvint à l'entrée, elle aperçu de loin Umberto et Marie-José qui étaient alors le couple héritier de la couronne d'Italie. Etant donné l'origine belge de la futur reine d'Italie, notre brave belge s'écria en voyant la princesse : "Vive la Belgique". Le prince Umberto vint saluer mon amie et lui dit : "Madame, j'ai le sentiment que votre visite à été écourtée à cause de nous et pour nous faire pardonner, je vous prie de bien vouloir nous accompagner dans la visite." Elle me souligna le côté très chevaleresque du prince et la conversation sympathique qu'elle eut avec le couple et particulièrement avec la princesse. Un an plus tard, le prince monta sur le trône et bientôt, on annonça la naissance de la princesse Maria Pia. Ma paroisienne envoya une lettre de félicitations au couple royal et reçut en retour une photo du bébé dédicacée par le roi. Le médecin de notre belge, qui avait ses entrées au palais royal, s'empara de la photo pour vérifier si la signature était bien celle du roi d'Italie. J'ai vu cette photo dédicacée, ainsi qu'une petite photo amateur où notre amie est entourée du couple. Elle me montra également un petit souvenir des grottes que le prince Umberto lui avait fait confectionner aux couleurs du drapeau belge. Les couleurs étaient un peu pâlies.

La vie du pasteur est parfois émaillée de récits que leur font des vieux paroissiens ayant parfois vécu des choses extraordinaires

08:12 Écrit par JM Geron | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

05/03/2006

On a le béguin pour mes chaussettes

Je devais aller prêcher ce matin là à 45 km de la maison et malheureusement la voiture était en panne. Je partis donc un peu plus tôt et me mis à faire de l'auto-stop...sous une pluie battante. Mais, malgré la pluie, j'eus assez de chance et arrivai bien avant tout le monde au temple où je devais prêcher. Comme j'avais la clé, je pus entrer et sécher du mieux que je pus mes vêtements, mes chaussettes...Mais, hélas, mes souliers étaient devenus de vraies éponges et je ne pu les remettre sans risquer quelque dommage pour ma santé. Avec le conseil et l'assentiment de tout l'auditoire, ce matin-là, je prêchai en chaussettes

07:44 Écrit par JM Geron | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/03/2006

CCC

Cellules combattantes Communistes (CCC)... ce sigle dit encore quelque chose à quelques uns. Au début des années 80, elles faisaient souvent parler d'eux. Je fus une victime bien involontaire. J'avais garer mon minibus sur la place du Sablon à Bruxelles et m'était rendu à une réunion avec des collègues. Après la réunion je venais vers mon véhicule, quand un de mes amis me demanda : "Est-ce pour toi ce qui est écrit sur le sol ?" Je regardai et lus l'écriteau indiqué. Les cheveux se dressèrent sur ma tête : "Eloignez-vous de ce véhicule, il va exploser d'ici dix minutes". Mon ami se précipita pour aller téléphoner et dans les dix minutes qui suivirent, on vit arrivé tout une série de cars de police et des démineurs. La place tout entière fut bloquée pendant plus d'une heure. Je me tenais à l'écart avec un groupe de badaux et nous discutions un peu en riant de l'événement, quand tout-à-coup quelqu'un me dit : "Nous rions mais la personne à qui cela arrive ne rit certainement pas". Je répondis : "Elle rit. Parce que cette personne c'est moi ; mais c'est certainement nerveux." Quelques moments plus tard, un des responsables du service déminage vint vers moi pour me rassurer et il ajouta que nous avions bien fait de prévenir parce que neuf fois sur dix, c'est un mauvais plaisant ; mais la dixième fois ça saute

09:11 Écrit par JM Geron | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |