01/02/2006

Les chiens ne sont pas toujours exclus

J'étais sidéré, malgré mon affection pour les chiens, je ne me serais jamais imaginé qu'un chien pouvait venir à quelque réunion, culte ou autre manifestation religieuse. Notre église locale avait organisé une semaine de prière. Un soir, je vis arrivé une de mes paroissiennes avec ses deux pinechers. C'est ce genre de petits chiens de poches, mais pas toujours aussi commodes que les livres du même nom. Quand elle se fut installée, il fit le commentaire suivant : "Je les ai pris avec moi ce soir, parce que les pauvres petites bêtes, c'est une vraie punition pour elles que d'être tous les soirs toutes seules". Heureusement, ils n'agrémentèrent pas la réunion de leurs aboiements, si fréquents normalement chez ce genre de petites choses. J'étais cependant inquiets, car elle leur avait donné quartier libre et ils circulaient partout dans le temple, reniflant chaque pied de chaise. Et je souriais, pris de joies intérieures, m'imaginant que ces chères petites bestioles allaient, un moment ou l'autre, lever la patte pour marquer leur territoire. Ils n'en firent rien et j'en fus pour mon attente

07:34 Écrit par JM Geron | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.