15/01/2006

Un petit cigare

Le tout premier pasteur que j'ai connu, était venu me rendre visite, ainsi qu'à mes parents. Mes parents d'éducation catholique était pourtant incroyant. Mais ils avaient conservé vis-à-vis du clergé une certaine déférence. Dans leur esprit, un pasteur devait être quelque chose comme un curé protestant. Ils se mirent donc en devoir (ne fut-ce que pour me faire plaisir) de le recevoir avec tous les honneurs dû à son rang. Ma mère présenta sa tasse de café habituelle, accompagnée du gaufre faite maison. Mon père proposa une petite "goutte de pèkè"( = genièvre, alcool belge comparable au bols hollandais ou au Schnaps allemand) et un petit cigare. Le pasteur accepta très volontiers le petit verre et il eut une phrase très amusante pour refuser le cigare : "Non merci, ce serait dommage pour le cigare, je ne l'apprécierais pas".

07:10 Écrit par JM Geron | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.